Formation des soldats Belges en France

Pendant le premier conflit, des centres d’instruction militaire ont accueilli les soldats belges sur le sol français. Ainsi, 130 000 d’entre eux se sont déployés, en priorité dans deux régions françaises, en Normandie et en Picardie. 

Octobre 1914, la Belgique est largement occupée par l’opposant allemand. Le pays ne veut pas baisser les bras, et monte sur le sol français, avec l’accord du gouvernement, ses centres d’instruction militaire. Objectif : apporter sa contribution à la défense. Des centres rapidement plébiscités où étaient formées les nouvelles recrues : artillerie, mitrailleur, infanterie, ou encore les cadres de l’armée.

À Ault, un centre d’instruction pour les officiers était installé à l’hôtel Continental. Ce dernier a disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Situé entre la rue de Saint-Valery et la mer, où 700 candidats officiers y ont été formés. Une cinquantaine d’officiers étaient en permanence sur place. Chaque ville avait sa spécialité. À Criel-sur-Mer, on formait les mitrailleurs et les tireurs d’élite au pied du MontJolibois. À Eu, on entraînait les soldats d’artillerie. Ces centres trouvaient refuge dans des casernes vides, des hôtels ou d’autres bâtiments réquisitionnés. À Criel-sur-Mer, les officiers étaient installés au château de Chantereine. D’autres à Eu, investissent les casernes Morris et Drouin. Des soldats sont installés dans une ancienne briqueterie, située entre Eu et Etalondes. Janvier 1915, ce sont plus de 14 000 hommes, soldats d’infanterie, issus de ces centres qui ont rejoind les champs de bataille du front Belge.