La Belgique sauvée en 1914 par les eaux

Pour empêcher les unités allemandes de franchir le fleuve Yser, les troupes belges et françaises procèdent dès le début de la guerre à une vaste inondation de la région.

L’Yser est une petite rivière de 78 kilomètres qui prend sa source en France et va se jeter dans la Mer du Nord à Nieuport, en pays flamand. Elle va sauver la Belgique alors que les Allemands approchent.

L’eau de la mer va inonder le plat pays et obliger les Allemands à reculer de quatre kilomètres. « Certains l’appellent ‘le miracle qui a sauvé la Belgique’. C’est l’eau, pendant la bataille de l’Yser, qui a sauvé l’armée belge et la souveraineté de la Belgique ».

Pendant toute la guerre, le roi-soldat Albert Ier va épauler ses troupes en restant à La Panne, dans ce tout petit morceau de Belgique où le front est si particulier. « La grande différence avec le reste du front, c’est que là on ne creusait pas de tranchées : on les construisait en sacs de sable« .

Jusqu’au rivage près de Nieuport, on va se fortifier malgré les circonstances. Aujourd’hui on peut voir dans ce secteur des clochers étranges. Dans ce « plat pays », la moindre élévation peut dévoiler un vaste panorama sur l’ennemi. Tous les clochers des églises ont donc été utilisés comme postes d’observation, évidemment canonnés, du coup fortifiés. Ils restent aujourd’hui les seules montagnes du front de l’Yser.